Catégories
À la une Accord majorité Alimentation – Agriculture Biodiversité – Climat – Animal dans la ville Communiqués de presse Eau – Déchets – Économie circulaire Logement – Urbanisme Numérique – Innovation – Recherche Programme – Rendre compte

Une ville exemplaire pour l’écologie

Extrait de l’accord programmatique entre les listes « Pour Rennes » menée par Nathalie Appéré et « Choisir l’écologie pour Rennes » menée par Matthieu Theurier et Priscilla Zamord

Ville verte

Nous engagerons un plan ambitieux de végétalisation de l’ensemble de la ville :

  • création de grandes voies végétalisées en reprenant une partie de la place dévolue à lavoiture sur les grands boulevards urbains et entrées de ville ;
  • expérimentation de structures végétales innovantes et mobiles sur les places bitumées(esplanade Général de Gaulle, place Hoche, bords des grandes artères routières) ;
  • végétalisation massive des quartiers : continuer à limiter au maximum l’abattage d’arbres etplanter plus de 30 000 arbres dans le mandat. Objectif : un arbre par habitant·e d’ici 2035 !

Nous travaillerons sur la condition animale dans la ville avec notamment la rédaction d’une charte et nous mettrons en œuvre la création d’une pension canine.

Ville vivrière

Nous accompagnerons les agricultrices et agriculteurs vers la sortie totale des pesticides de synthèse à l’horizon 2030 (2025 pour Rennes) par un Plan métropolitain pour l’Agriculture Biologique. Nous étendrons les actions menées dans le cadre du Plan Alimentaire Territorial et du dispositif Terres de Sources.

Nous développerons une politique d’acquisition foncière afin d’installer des producteurs bio. Dès 2020, nous mettrons en place une politique transverse agriculture urbaine/alimentation avec un·e élu·e référent·e à l’échelle de la ville. Nous continuerons à identifier toutes les surfaces qui pourraient être cultivées et faciliterons le développement des productions en agriculture biologique. Nous développerons une agriculture urbaine de proximité et préserverons les grands espaces naturels dans la ville, en particulier la Prévalaye et la Lande du Breil. Les évolutions sur ces zones naturelles seront travaillées dans le cadre d’un comité de gestion qui réunira l’ensemble des acteurs et usagers.

Nous rappelons notre souhait d’atteindre, au cours du mandat, 50% de bio dans toutes les restaurations collectives (école, crèches, maisons de retraite, restaurants administratifs) avec l’objectif d’atteindre 100%. Nous confirmons que nous proposerons chaque jour un menu alternatif végétarien dans la restauration collective.

Nous mettrons en place une carte alimentaire permettant de bénéficier de tarifs avantageux pour l’achat de denrées bio et/ou labellisées Terre de Source.

Sobriété énergétique

Dès 2021, nous mettrons en place un budget carbone, comme outil d’aide à la décision au regard des enjeux climatiques sur l’ensemble des politiques publiques.

Dès 2022, la construction des bâtiments neufs devra s’engager dans une démarche visant aux normes passives ou à énergie positive ou en matériaux bio-sourcés. Dès 2021, toute nouvelle construction de bâtiment public à Rennes sera passive ou à énergie positive.

Nous mettrons en œuvre un grand plan de rénovation des bâtiments publics pour en faire des « Bâtiments Basse Consommation ». En commençant par les plus énergivores (20 % des bâtiments sont responsables de 80 % des consommations énergétiques). Nous augmenterons significativement le budget dédié à ce programme.

Précarité énergétique

Nous confirmons que nous soutiendrons financièrement la réhabilitation de 6 000 logements chaque année sur Rennes Métropole.

Nous créerons des partenariats avec des fournisseurs d’énergie pour offrir des tarifs réduits sur les abonnements d’électricité 100 % renouvelable pour les plus modestes pour les besoins premiers en énergie.

EnR

Nous amplifierons fortement l’action de la société d’économie mixte Energ’IV afin de développer les investissements publics, privés et citoyens en faveur des énergies renouvelables.

Nous chercherons à développer une offre de location de toiture auprès des particuliers et des co- propriétés pour y installer des centrales solaires. Avec ce principe, les particuliers et les copropriétés touchent un loyer, la collectivité installe des panneaux solaires et se rémunère sur la vente d’électricité.

Déchets

Nous mettrons en place une collecte de déchets alimentaires pour les immeubles qui ne sont pas en mesure de composter sur place.

Nous créerons un schéma du réemploi ambitieux et y affecterons les moyens nécessaires.

Nous construirons un méthaniseur dans la métropole pour transformer les biodéchets en énergie.

Nous lancerons un grand défi zéro déchet à l’échelle de la métropole dans la perspective de la fermeture pour travaux de l’usine d’incinération.

Pour une ville “zéro plastique”, nous développerons l’utilisation de verres recyclables consignés et interdirons l’utilisation de vaisselle plastique dans les bars et lors des festivals.
Nous voulons intégrer la question de la future déconstruction éventuelle, dès la conception des nouveaux bâtiments, afin de prendre en compte le réemploi des matériaux.

Eau

Nous améliorerons la tarification écologique et sociale pour la rendre encore plus équitable, en intégrant une tranche tarifaire supplémentaire, avec l’objectif de supprimer l’abonnement qui sera intégrée à la part variable (selon les volumes consommés), en accélérant l’individualisation des compteurs.

Nous amplifierons la reprise en gestion publique de l’assainissement sur toute la métropole.

Nous ferons les investissements nécessaires afin d’éviter tout rejet dans le milieu naturel. Objectif : zéro rejet !

Nous actons notre désaccord sur le projet d’aqueduc Vilaine Atlantique.

Inclusion numérique

À l’image des tarifications sociales existantes, nous réfléchirons à la mise en place d’un tarif social d’abonnement internet, pour les locataires hors bailleurs sociaux.

Nous mettrons en place un plan « sobriété du numérique » dans l’ensemble des services de la Ville et de la Métropole et des associations ou entreprises dès lors qu’elles perçoivent des subventions. Chaque projet numérique devra intégrer la démarche d’éco-conception.

Avec des collectivités et institutions partenaires, nous construirons un éco datacenter alimenté en énergie renouvelable et produisant de l’énergie.

Nous poursuivrons le maillage de nos réseaux d’initiative publique et ferons converger les réseaux de télécommunication de nos collectivités vers un opérateur public.

Nous soutiendrons les logiciels libres, l’open source, l’open data en facilitant l’achat de serveurs, l’accès au réseau de fibre…

Nous actualiserons la charte de la téléphonie mobile et la porterons à l’échelle métropolitaine, en indiquant une valeur maximale d’exposition aux ondes de 0,6 V/m, ramenée à 0,2 V/m près des lieux recevant des publics sensibles (crèches, écoles, maisons de retraite…).

Nous lancerons une étude d’impact sanitaire et environnementale sur l’implantation de la 5G et nous mettrons en œuvre une concertation avec les citoyen·ne·s à l’image de celle organisée pour l’implantation des antennes relais.

Urbanisme

Dans ce cadre du jury citoyen qui sera organisé pour réfléchir à l’avenir du parking Vilaine, un scenario de découverte de la dalle sera étudié, en parallèle du projet de grande promenade verte et conviviale dans le prolongement du mail François Mitterrand.

Nos deux listes actent un désaccord sur l’extension sur le domaine public du Palais du Commerce. Néanmoins, nous nous accordons sur la nécessité d’organiser une concertation citoyenne sur l’insertion paysagère de cette extension ainsi que sur les aménagements des espaces attenants à la place de la République, des quais et de la rue du Pré-Botté.

Ce projet s’inscrira dans la volonté de végétalisation de la ville et favorisera une vraie diversité d’enseignes et d’activités. Dans cette perspective, le comité d’enseignes auquel nous participerons, devra inclure des activités liées à l’économie sociale et solidaire.

Dans le cadre de la charte citoyenneté et construction, une vigilance particulière sera accordée aux projets d’immeubles de grande hauteur. Des modifications du PLU, en particulier sur les zones UB, permettront de limiter des hauteurs maximales. Elles interviendront dès les premières modifications du PLUI. Nous actons notre désaccord sur le projet d’IGH Eurorennes.

Dès 2022, nous créerons un appel à projets permanent pour multiplier les projets d’habitat participatif avec l’ambition d’atteindre la construction de 120 logements par an à l’échelle de la métropole.

Dans le cadre de la charte citoyenneté et construction, un dialogue avec les habitants, les architectes et les promoteurs sera mené pour des formes architecturales contemporaines s’insérant harmonieusement dans le paysage urbain.

Comme à notre habitude, nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour limiter les dynamiques spéculatives et l’augmentation des prix immobiliers. Dans ce cadre, nous nous autoriserons à solliciter un droit d’expérimentation du plafonnement des loyers. L’application du loyer unique se poursuivra.

Publicité

Dans le cadre de la révision du Règlement local de publicité à l’échelle métropolitaine, procédure qui sera lancée à la fin de l’année 2020, nous réduirons la place de la publicité à Rennes. Nous commencerons par la suppression totale des panneaux 4×3 pour Rennes.

Dans le cadre du renouvellement de la DSP, nous supprimerons les panneaux numériques.

Nous ferons appliquer plus strictement la loi qui oblige les commerçants à éteindre leurs vitrines et enseignes lumineuses la nuit, y compris les écrans qui se multiplient dans les vitrines ces derniers temps.