Catégories
À la une Conseil municipal Économie – Insertion – Emploi Presse

Soutien aux commerces en difficulté

Suite à la question du collectif « On va tous trinquer » lors du conseil municipal du 23 novembre 2020 : intervention de Matthieu Theurier, au nom du groupe écologiste et citoyen, sur le soutien aux commerces, en difficulté avec la pandémie COVID-19.

« Merci Madame la Maire,

Quelques mots, simplement, au nom des élu·e·s écologistes et citoyens, pour rappeler et redire notre soutien plein et entier aux commerçant·e·s indépendants dans la période. À l’ensemble des commerçant·e·s indépendants de notre ville et pas seulement ceux du centre-ville de Rennes, même si évidemment ils attirent particulièrement notre attention. 

Il faut rappeler que les commerçant·e·s indépendants, nous en avons dans l’ensemble des quartiers de notre ville. C’est bien aussi, il faut le redire, le sens des actions qui ont été entreprises à la sortie du premier confinement par la ville de Rennes. Le sens aussi des dispositifs métropolitains qui ont pu être mis en place avec des aides économiques adressées aux entreprises, mais aussi aux commerçant·e·s. Justement pour les soutenir dans la période avec aussi la spécificité, il faut le redire, d’aides économiques qui comprenaient des bonus de responsabilité sociale et environnementale et qui, de notre point de vue, constituait aussi un vrai progrès dans la mise en œuvre de ces aides. 

Redire, quand même, monsieur Lebrun que ces dispositifs se sont mis en place en articulation avec les dispositifs de l’État et de la Région. Notamment sur la trésorerie des entreprises pour lesquelles Fonds COVID-Résistance apportent aujourd’hui un certain nombre de solutions. 

C’est aussi l’intérêt d’outils de communication sur l’achat local, en souhaitant qu’ils prennent toute leur ampleur. Nous pensons, pour notre part, et je pense que c’est une conviction qui est partagée, que cette incitation à acheter local répond à une demande de plus en plus forte des consommateurs et consommatrices.

Et l’on peut souhaiter qu’au-delà de la période que nous vivons, ce soit de nouveaux actes de consommation qui s’inscrivent dans le temps.

Je profite de cette délibération, même si la question du collectif « On va tous trinquer » nous est arrivée un peu tardivement, pour dire que les élu·e·s écologistes et citoyen·ne·s en partagent l’essentiel des propositions. 

Ils font la proposition que nous puissions mettre en œuvre un accompagnement social des entrepreneurs. Nous pensons, en effet, qu’une des spécificités des indépendants, par rapport aux salarié·e·s des petites et moyennes entreprises, c’est qu’ils n’ont pas la même prise en charge et le même accompagnement social. Nous trouvons donc que c’est une proposition particulièrement intéressante. 

Oui évidemment aussi pour travailler dans un cadre métropolitain à des gratuités des transports en commun sur des weekends dans la période décembre et janvier. On sait qu’il peut y avoir un besoin d’envoyer un signal d’incitation à acheter dans les commerces indépendants, notamment pendant les fêtes de Noël. 

Et puis oui évidemment à la prolongation de notre dispositif sur les terrasses et de l’exonération des redevances de terrasses, puisque qu’elles sont aussi des outils qui permettent aux commerçant·e·s de continuer à exercer leur activité.

Mais leur demande, au-delà des dispositifs de soutien et d’accompagnement, c’est de pouvoir retourner au travail.

Clairement, et ça malheureusement, qu’on le veuille ou non, ça dépend de la situation sanitaire et des décisions du gouvernement.

Décisions qui changent quand même régulièrement, et nous sommes plutôt agiles pour nous y adapter et je vous assure que ce n’est pas simple. 

Et puis il faut le redire, la question du développement de notre commerce indépendant à laquelle nous sommes évidemment tous particulièrement attachés, c’est aussi la nécessité d’une pensée et d’un développement à plus long terme. Ça passe par une régulation urbanistique et commerciale du développement des grandes enseignes.

Aujourd’hui, la grosse difficulté que l’on a, c’est bien cette dépendance des commerces indépendants. Ils sont freinés dans leurs ouvertures et leur développement, face à d’énormes multinationales, des mastodontes, qui eux ont pignon sur rue et peuvent vendre à tout va sans aucune régulation.

L’enjeu il est bien là tant à l’échelle locale qu’à l’échelle européenne. Que des entreprises comme Amazon arrêtent de sévir ! Enfin, il faut le dire franchement, notre combat il est bien là. 

Et puis c’est la construction évidemment d’une ville et d’un centre-ville apaisé, plus piétonnisé et végétalisé. Le travail que nous menons actuellement et qui va nous falloir mener dans les années et les mois à venir. Il doit être justement l’occasion d’affirmer le commerce indépendant, d’affirmer aussi de nouveaux actes de consommation plus responsables, c’est aussi à cela qu’il faut aujourd’hui appeler nos concitoyen·ne·s.

Je vous remercie. »