Catégories
À la une Conseil municipal Santé – Solidarités – Discriminations

Soutien à SOS Méditerranée !

L’association SOS Méditerranée, qui sillonne la mer la plus meurtrière du monde pour sauver d’une mort probable des femmes, des hommes et des enfants, doit être encouragée et soutenue.

Nous exprimons notre colère contre la machine migratoire européenne soutenue par la France. Celle-ci n’empêchera pas les personnes victimes de guerres, des crises économiques et du dérèglement climatique de vouloir venir chercher une vie digne et meilleure.

La contribution financière de la Ville de Rennes encourage la volonté et l’humanisme face à la violence et le déni.

Intervention de Cécile Papillion, au nom du groupe écologiste et citoyen, lors du conseil municipal du 29 mars 2021

« Madame la Maire, cher·e·s collègues,

Nous approuvons bien évidemment le versement de la subvention à l’Association SOS Méditerranée et tenons par la même occasion vous faire part de nos réflexions quant à la politique migratoire européenne soutenue par la France.

Tout d’abord, nous voulons adresser nos remerciements et témoigner de notre admiration envers les membres de SOS Méditerranée qui sillonnent la mer pour sauver d’une mort probable des femmes, des hommes et des enfants. Rappelons que la mer Méditerranée demeure la route maritime la plus meurtrière du monde avec plus de 20 000 morts depuis 2014 selon les données de l’Organisation internationale pour les migrations. Marins, bénévoles, secouristes, juristes, militantes et militants, ces personnes doivent être encouragées et soutenues. La contribution financière de la Ville de Rennes qu’il nous est proposé d’adopter est donc plus que nécessaire. 

Nous souhaitons, par ailleurs exprimer la colère. Colère contre la machine migratoire européenne et son bras armé, Frontex. L’agence européenne, est, entre autres, accusée par plusieurs ONG de 17 refoulements dans la mer Égée depuis mars 2020, au mépris des règles internationales. La droite et les libéraux, qui sont au pouvoir au sein de nos institutions européennes, nous mettent en position de faiblesse et de dépendance envers la Turquie d’Erdogan en lui déléguant contre rémunération la gestion des exilé·e·s. C’est ignoble et cela n’a en rien réglé la problématique.   

Les barrières, les accords honteux, les murs et les reflux n’empêcheront pas les personnes victimes de guerres, des crises économiques et du dérèglement climatique de vouloir venir chercher une vie digne et meilleure. Si nous cadenassons un passage, d’autres seront trouvés, encore plus dangereux comme celui qui conduit les migrants dans des embarcations de fortune à rejoindre les Canaries depuis le Maroc par l’océan atlantique.

Il est de notre devoir, en tant qu’Européennes et Européens, d’ouvrir des routes sécurisées qui n’alimentent plus les filières mafieuses et clandestines. Des routes qui permettent d’arrêter le compteur des morts et des noyées en Méditerranée. 

Notre colère résulte aussi de l’hypocrisie française, avec un gouvernement qui se gargarise d’être plus respectueux des droits humains que la Hongrie d’Orban, mais qui assume de donner l’ordre aux policiers d’aller chaque jour confisquer, entailler les tentes des exilé·e·s autour de Calais.     

Alors oui, nous voterons cette subvention de 14 000 euros. 14 000 euros c’est aussi le coût d’une journée en mer pour l’Ocean Viking, bateau d’SOS Méditerranée. Une journée de plus durant laquelle la volonté et l’humanisme feront face à la violence et au déni. »

Intervention sur la délibération n° 28 : Provision Aide aux pays en développement – Première attribution de subventions 2021 – Soutien à SOS Méditerranée et au projet pluriannuel du Réseau de Coopération décentralisée pour la Palestine à Jérusalem-Est