Catégories
À la une Conseil municipal Économie – Insertion – Emploi Solidarités – Discriminations – Santé

États généraux de la vie associative : une étape essentielle pour Rennes

Le monde associatif est de par sa globalité et sa diversité un maillon important de notre territoire, sur lequel nombre d’actions et de projets reposent. Avec un soutien national aux associations qui décroît d’année en année et la crise sanitaire que nous traversons, les États généraux de la vie associative et le renouvellement de la charte des engagements réciproques qui lie la ville et les associations rennaises sont des étapes primordiales de notre nouveau mandat.

Intervention de Priscilla Zamord au nom du Groupe écologiste et citoyen lors du conseil municipal du 13 septembre 2021.

Nos associations tissent les liens essentiels qui nous permettent de faire société, de vivre ensemble. Elles sont l’espace où se construit l’innovation sociale, la transformation écologique et la vie de nos quartiers. Il faut également le rappeler, l’Économie Sociale et Solidaire qui englobe le monde associatif, c’est 1600 entreprises et 26 577 salariés de Rennes Métropole, c’est-à-dire près de 13 % des emplois à l’échelle de notre territoire. 

Au regard des enjeux nombreux auxquels les associations doivent faire face et des engagements que nous avons pris lors des élections municipales, les états généraux doivent nous permettre de mettre l’ensemble des sujets sur la table. 

La conditionnalité des aides, avec des critères écologiques, d’égalité et de lutte contre les discriminations, est actuellement travaillée avec les actrices et les acteurs de terrain pour être partagée et opérationnelle rapidement. Beaucoup de structures font déjà un travail remarquable qu’il s’agit d’amplifier et de mettre en avant ; c’est notamment le cas dans le secteur culturel suite au travail de co-construction mené au mandat précédent. 

Les responsables de structures, les salarié.e.s et les bénévoles, qui sont plus de 10 000 sur notre territoire, doivent être mieux accompagné.e.s et formé.e.s. 

La question des locaux associatifs doit quant à elle avoir toute sa place dans les discussions, notamment au regard du dynamisme associatif de notre ville.  La ville et les opérateurs publics louent et mettent déjà à disposition beaucoup de lieux au service du secteur associatif dans le cadre des différentes politiques sectorielles. À ce jour la ville porte près de 800 contrats de location avec des associations.  Les états généraux vont nous permettre d’améliorer la prise en compte des besoins des associations et d’avancer collectivement sur l’harmonisation des conventions, de la mutualisation des locaux et des matériels ainsi que la responsabilisation des structures en termes de consommation énergétique et de gestion des déchets. 

La dimension métropolitaine de coordination et d’accompagnement doit aussi faire partie de nos réflexions à venir. L’enveloppe “agile” pour les projets innovants comme le fond d’emploi d’intérêt métropolitain que nous avons promis de mettre en place est une partie des réponses, mais pas seulement. Enfin, n’oublions pas notre ambition de majorité en faveur d’une structure foncière pour faciliter l’accès au foncier des associations, mais aussi les structures de l’ESS et les commerces indépendants. Le bilan positif de la foncière de la ville de Saint-Denis doit nous inspirer.

Il nous faut donc harmoniser et conditionner d’une part, tout en offrant un cadre, des moyens et des lieux à la hauteur des défis nombreux qui nous attendent et des projets ambitieux qui germent dans notre ville.     

Intervention sur la délibération n°12 : Sports et jeunesse – Action socio-éducative – Provision pour soutien aux manifestations et projets associatifs – Deuxième attribution de subventions 2021