Catégories
À la une Conseil municipal Logement – Urbanisme

Aménagement des quais de Vilaine : Rennes doit se réconcilier avec ses rivières !

C’est avec un jury citoyen que nous allons établir des scénario sur le devenir du parking Vilaine, et engager une concertation d’ampleur sur le nouveau plan de circulation du centre-ville.

Nous avons là une vraie opportunité de construire la ville apaisée à laquelle nous aspirons et de réconcilier la ville avec ses cours d’eau, tout en favorisant le développement du commerce de centre-ville.

Conseil municipal du 26 avril 2021 – Intervention de Matthieu Theurier sur la délibération n°27 :

« Aménagement et services urbains, environnement – Aménagement des quais de Vilaine et du centre-ville nord – Concertation préalable facultative “code de l’urbanisme” – Validation des objectifs et des modalités de la concertation »

« Madame la Maire, cher·e·s collègues,

Rennes doit se réconcilier avec ses rivières et en premier lieu, la Vilaine. Pour cela, il faut supprimer le parking Vilaine.

Les élu.e.s écologistes tiennent à saluer la démarche que notre majorité initie aujourd’hui avec le vote de cette délibération qui vise à la fois à organiser un jury citoyen pour établir des scénario sur le devenir du parking Vilaine, et engager une concertation d’ampleur sur le nouveau plan de circulation du centre-ville. 

Pour rappel, le jury citoyen est une assemblée temporaire désignée sur un mode aléatoire par tirage au sort. Les personnes qui y participent ne sont donc a priori pas intéressées par le projet, au sens où elles n’y ont pas d’intérêt personnel. Ce principe garantit une forme de neutralité de la démarche de participation et pour la première fois à Rennes nous pouvons la mettre en place. Cette démarche doit permettre d’affirmer à la fois notre souci de la démocratie locale, tout comme notre volonté d’un centre-ville plus apaisé et plus végétal. 

Les écologistes revendiquent de longue date la suppression du parking Vilaine et de sa dalle bitumée qui entache depuis de nombreuses années le paysage urbain du centre-ville. Ce parking, en plus de masquer notre fleuve, offre une image complètement anachronique de notre ville à ceux qui la visitent.

Il est temps de laisser place à la nature en ville, et notamment dans le centre, aménagé depuis longtemps de manière trop minérale.

Supprimer ce parking permettrait de restituer aux Rennais-e-s l’accès aux berges de la Vilaine, mais aussi de favoriser le développement de la biodiversité. Il pourra accompagner l’effort de végétalisation qui est actuellement mené dans le centre-ville de Rennes avec les plantations d’arbres en cours ou à venir de la place de la mairie, de la rue Saint-Louis du passage des Carmélites ou encore de la place de la Parcheminerie. 

La découverte de la Vilaine n’est pas un sujet nouveau, la volonté de supprimer ce parking était dans le programme des écologistes déjà en 1989. Mais la volonté des Rennais-e-s de retrouver leur fleuve s’affirme bien plus fortement aujourd’hui et la disparition de cette dalle de bitume devient aujourd’hui inéluctable. Le fait que le projet de végétalisation du Mail Mitterand est terminé parmi les projets les plus votés lors de cette saison 5 du budget participatif nous démontre une nouvelle fois cette volonté et affirme que si l’espace actuel du parking Vilaine peut être pensé comme un prolongement du Mail Mitterand, ce prolongement ne peut être que pour laisser une plus grande place à la nature en ville, et donc à l’eau et à la végétation. 

On peut imaginer en lieu et place de cette dalle une promenade à fleur d’eau, des petits restaurants avec terrasses flottantes, les possibilités sont multiples. Cette promenade permettrait ainsi de relier la place de la République au boulevard de Chézy. Boulevard que nous imaginons lui aussi être rendu aux piétons, jusqu’aux prairies Saint-Martin.

Nous entendons évidemment les craintes de certains habitant.e.s et certains commerçants que la suppression de places de parking puisse être une contrainte. Mais la réalité c’est que les parkings des Lices, de Chézy-Dinan, de Charles de Gaulle, de Kléber, de Hoche sont toujours là et offre bien une réponse à celles et ceux contraints de prendre leur voiture. Nous pouvons aussi travailler avec les commerçants sur les parcours usagers pour leurs clientèles extérieurs à la Métropole. Nous savons aussi, et toutes les études le démontrent, que des rues qui font plus de place aux piétons et cyclistes, des rues plus végétales et plus agréables sont extrêmement bénéfiques aux commerces de proximité. 

Pour conclure, nous avons là une vraie opportunité de mener une démarche globale pour construire la ville apaisée à laquelle nous aspirons, pour favoriser aussi le développement du commerce de centre-ville. Et pour réconcilier la ville avec ses cours d’eau comme de nombreux Rennais-e-s le demandent. »