Catégories
Mobilités – Déplacements – Transports Santé – Solidarités – Discriminations

Portillons dans le métro, où en est-on ?

Il y a 5 ans nous avions voté contre. Malgré notre opposition, les portillons sont maintenant installés… Nous travaillons désormais, dans un esprit de concertation, à la résolution des problèmes d’accessibilité.

En 2016, le Conseil de Rennes Métropole a été invité à voter l’installation de portillons de contrôle dans le métro rennais. Ce vote est venu trancher un débat de plusieurs mois. Les élu·e·s écologistes et citoyen·ne·s, avec celui de la France Insoumise, ont été les seul·e·s à s’opposer à ce projet. Malgré des actions de mobilisation citoyenne, le débat a eu peu d’écho à l’époque et le Conseil de Rennes Métropole a voté largement ces installations. Les portillons ont été acquis quelques mois plus tard et leur installation a commencé cet été, avec plusieurs mois de retard liés à la Covid-19.

Dans l’entre-deux-tours des dernières élections municipales, la liste « Choisir l’écologie pour Rennes » et celle menée par Nathalie Appéré ont acté un désaccord sur la mise en place de ces portillons. L’engagement commun qui a été pris à l’occasion stipule que «dans le cadre de leur installation [des portillons], un travail de co-construction sera poursuivi et élargi avec les associations, collectifs et citoyen·ne·s particulièrement concernés par les questions de handicap et d’accessibilité pour assurer au mieux l’accessibilité aux deux lignes de métro. Une évaluation sera menée après leur installation.»

Les portillons sont désormais installés et entrerons en service le 1er décembre, en même temps que la mise en œuvre du nouveau système billetique et des nouvelles tarifications (gratuité moins de 12 ans et baisse de 25 % pour les moins de 26 ans).

Notre action, en tant qu’élu·e·s écologistes et citoyen·ne·s, est de tout faire pour que celles et ceux qui peuvent aujourd’hui accéder au métro puissent continuer à le faire après l’installation de ces portillons.

Aussi, Matthieu Theurier — Vice-Président aux Mobilités et Transports de Rennes Métropole, et Jean-François Monnier — adjoint en charge du Handicap à la Ville de Rennes, ont organisé le 2 octobre dernier une visite dans la station de métro Clémenceau, avec les associations et collectifs représentatifs des personnes en situation de handicap. Étaient présents le collectif On Existe, les associations Handicap 35 et SOS Handicap, des agents de la Métropole et de Kéolis.

Ils ont pu effectuer ensemble des tests d’utilisation des portillons. Certain·e·s questions et problèmes ont pu être levés à l’occasion de cette première visite. D’autres sont apparu·e·s. Un travail est aujourd’hui en cours pour lever l’ensemble des difficultés rencontrées et garantir un accès universel à nos transports en commun. Il devrait aboutir dans le courant du mois de novembre.